react native expo android ios stack navigator Cours web Mobile – React Native

Chap 0 : Présentation de ReactNative & Expo

Vous commencez le développement mobile et vous hésitez à choisir ReactNative ou la surcouche Expo ? Je vous donne quelques indices afin d’y voir plus clair sur quel framework vous devriez choisir en fonction de vos compétences, du temps, et de vos besoins.

 

Présentation de React

Framework pour le développement web frontend, développé par Facebook et concurrent direct de Angular et de Vue.js.

 

Dom Réel et virtuel

React est à la mode. Il est performant, et ce grave à un point important, est qu’il utilise un DOM (Document Object Model) virtuel.

Le DOM (réel) est l’arbre de nœuds, la représentation textuelle de toute votre application web. Quand vous effectuez un changement d’état au sein de votre application, l’intégralité du DOM est recréer. Cela comprend alors l’ensembles des éléments fils de l’application. Et ceci peut être couteux en terme de performance pour des applications grandissantes, surtout si vous y effectuez des modifications fréquentes de votre UI.

Le DOM virtuel quand à lui est un second arbre, correspondant à l’état réel de la globalité de votre application. Vous pouvez alors vous demandez, n’est-ce pas doublon d’avoir deux arbres à l’identique ? Et bien non.

On imagine que vous effectuiez une modification de couleur, sur un texte par exemple. Dans le cas d’une application avec Angular, celui-ci va redessiner la globalité de l’application. Avec React, seul le DOM virtuel va être modifié. React va alors réaliser une comparaison avec des algorithmes spécifiques entre le DOM virtuel fraichement actualisé, et le DOM réel. En fonction des différences entre les deux arbres, seul les nœuds qui ont un nouvel état, vont être redessiner dans le DOM réel. Cela permet de redessiner seulement un seul nœud, dans notre exemple.

Voici une image plus parlante :

virutal dom vs real dom

 

Présentation de React Native (Vanilla)

C’est un framework développé par Facebook pour le développement d’applications cross-platform (iOS et Android).

 

Développement natif vs développement hybride

Le développement natif est l’utilisation de SDK spécifique. Xcode pour iOS, et Android studio pour Android.

 

Pourquoi favoriser le dév. natif
  • Le développement natif utilise ses modules et bibliothèques natives, avec son langage natif. Il sera toujours plus performant que les solutions hybrides, même si au cours du temps nous observons de moins en moins de différences
  • L’accès aux modules spécifique facile (notification push par exemple)
  • Poids des apk/ipa très léger

 

Pourquoi favoriser le dév. hybride
  • Un seul langage de développement pour deux plateformes
  • Un code unique. Donc 2x moins de bug, en 2x moins de temps
  • Une interface UI/UX identique, évitant des différences

Présentation de Expo

Expo embarque ReactNative, c’est une sorte de wrapper, de surcouche. Vous retrouvez donc l’ensemble des items graphiques de ReactNative.

En voici les principales caractéristiques :

Projet déjà configuré ! En une minute vous avez votre Helloworld de fonctionnel ! Cela évite des paramétrages en tout genre et fastidieux sous ReactNative Vanilla pour paramétrer Xcode et AndroidStudio.

Pas besoin de mac pour tester votre app sur les deux OS mobile ! Et ça, ça fait plaisir. Ayant un vielle Iphone et mon Android de tout les jours, je peux tester via l’application Expo (disponible sur les stores iOS et Play), avec hot-reload, et sans avoir de Mac, l’application que je développe sur mes deux smartphones. Même si le dév. hybride promet d’avoir un UI/UX 100% identique entre les deux plateformes, il m’est arrivé que mes checkbox ne s’affichait pas correctement sur iOS. J’ai donc forcé pour mes deux plateforme, l’utilisation de la checkbox Android. Soucis auquel je me serais rendu compte une fois seulement uploadé sur les stores. Sous ReactNative Vanilla, vous pouvez seulement tester sur votre iOS si vous tournez sous macOS,  et seulement sur votre Android si vous êtes sur Windows pour développer.

Pas besoin de mac pour builder votre app ! Vous pouvez utiliser les serveurs expo pour cela. Attention, il vous faudra obligatoirement un compte développeur chez les deux sociétés, et acheter la licence qui va avec. Autre piège, votre build se fera à distance et non en local, attention donc si vous développer une app qui doit rester à l’abris des regards.. Mais dans tout les cas si vous souhaitez build en local et sans mac, vous pouvez utiliser une VM sous macOS Catalina avec QEMU/KVM sans soucis. Sous ReactNative Vanilla il vous faudra forcement les deux OS pour builder sur les deux plateformes, mais qui se résous aussi bien par la VM.

Accès à l’ensemble des modules natifs compliqué voir impossible… A un moment donnée, votre application grandissante va prendre en fonctionnalités. Etant donnée que Expo est une surcouche, l’accès aux modules natifs n’est pas possible pour réaliser certaines fonctionnalités. Je prends comme exemple connu comme les notifications push, ou achats-in app. Vous n’y aurez simplement pas accès.

… mais vous pouvez Ejecter Expo ! Vous pouvez cependant ‘éjecter’ Expo pour palier au problème précédent. Mais à en lire certaines expériences sur le net, selon la taille et le versionning de votre projet, que ça puisse très bien se passer comme mal se passer.

Poids supérieur des apk/ipa ! J’ai publié sur les stores ma première application avec des fonctionnalités très simple. Elle fait 50mo à télécharger sur les stores.

 

Quel framework choisir au final ?

  • Vous débutez sur le développement mobile ?
    • Oui ? Foncez sur ReactNative + Expo

 

  • Votre application requiert des accès natifs à des modules particuliers (achats in-apps ou push-notifications) ?
    • Oui ? : Foncez sur ReactNative vanilla
    • Non ? : Foncez ReactNative + Expo

 

Si votre choix se confirme à développer sous Expo, je vous propose de commencer par le premier chapitre, afin d’installer l’environnement de développement. Hello World sur mon smartphone en moins d’une minute garantie ! 😉

 

 

react native expo android ios sqlite Cours web Mobile – React Native

Chap 6 : Stockage de données complexes (SQLite)

Nous avons vu dans le chapitre précédent comment stocker en local des données simples.

On va s’attarder cette fois-ci à comment stocker des informations plus nombreuses, plus complexes et ce de façon plus ordonnée, en utilisant des bases de données SQL.

On va réaliser une simple to-do app, avec possibilité d’ajouter une note, ou d’en supprimer, avec une liste permettant de toute les afficher.

 

On ne peut utiliser n’importe quel outils pour persister des données car nous sommes sur un projet Expo, nous empêchant d’accéder aux modules natifs de iOS et Android. SQLite est un moyen fonctionnant avec des projets Expo.

 

Objectifs

  • Stocker localement des informations via une base de donnée SQL

 

react native sqlite

 

Prérequis

Installez le package pour utiliser SQLite :

expo install expo-sqlite

 

Nous l’importerons dans nos fichiers de la manière suivante :

import * as SQLite from 'expo-sqlite';

Base de données & CRUD

CRUD : diminutif correspondant aux requêtes basique, à savoir Create, Read, Update et Delete.

Création de la base de données

Rien de plus simple, une seule ligne suffit :

On donne un nom à notre base, en argument. Celle-ci n’est crée qu’une seule et unique fois. Si on rappelle cette même méthode, on récupère la base de donnée crée auparavant, aucun risque de doublon.

 

Création de la table NOTE

On va maintenant créer notre table. Je vous montre la façon la plus simple de réaliser des transaction SQL vers notre base :

Requête SQL des plus basique avec le mot clé CREATE TABLE. On lui donne un nom de table, ainsi que la définitions de nos colonnes. Un ID auto-incrémenté pour garantir l’unicité de nos données, ainsi qu’un attribut TEXT qui contiendra le contenu de nos notes.

Nos deux attributs ne peuvent être null, et on leur défini un type, soit Text ou Integer.

 

Optimiser les requêtes

Je préfère une autre annotation que la précédente pour questionner la base de données, récupérer nos objets et leurs affecter des transformations. Je trouve plus clair et simple à l’utilisation. On définit notre modèle de requête avec une promesse :

On pourra utiliser ce modèle dans des fonctions async, via un appel par un await. On pourra utiliser des then() et catch() à l’appel du service dans nos vues, permettant par exemple d’afficher à l’utilisateur dans une popup si une note à bien été ajouté ou si dans le cas inverse afficher un message d’erreur avec son origine.

 

Récupérer toute les notes

On définit une interface pour les objets que l’on va récupérer en base. Cela nous facilitera leurs manipulations au sein de notre application :

 

On fait appel à notre modèle pour questionner la base :

On récupère nos objets via la requête. On va itérer sur notre résultat de requête pour re-typer correctement nos objets.

 

Ajouter une note

Seule différence, on va ici passer en argument le contenu de ma note que l’on souhaite persister en base. Pas besoin de lui passer un ID pour la note, car celle-ci est généré automatiquement en base. Nous avons défini cette option tout à l’heure, lors de la création de la table.

Supprimer une note

Quasiment identique au point précédent, sauf qu’ici on lui passe un ID de note à notre fonction, étant donné que c’est l’attribut qui défini l’unicité de mes items dans ma table NOTE :

 

Récupération des items dans la vue

Nous venons de créer notre base ainsi que des opérations CRUD permettant d’interagir avec elle. On va désormais créer une nouvelle vue, avec un champ de texte permettant de donner du contenu à une note, un bouton pour ajouter cette note, une liste scrollable permettant de naviguer sur l’ensemble de nos notes en base, et leur associé à chacun un bouton pour les supprimer.

 

Définition du state de notre vue

On commence par créer le squelette de base de notre vue :

On utilise ici un composant de classe et non un composant fonctionnel. On a besoin d’utiliser un state pour l’affichage dynamique du contenu de notre liste scrollable. On défini un attribut myNoteList correspondant à une liste de l’ensemble de nos notes en base, ainsi qu’un second attribut note correspondant au champ de texte remplissable par l’utilisateur pour créer une nouvelle note. On initialise les deux attributs dans le constructeur.

 

Définition des méthodes de notre vue

On défini les méthodes pour mettre à jour nos éléments, pour ajouter une note, ainsi que la supprimer :

La méthode componentDidMount() est une méthode standardisé de React, permettant d’être appelé une seule et unique fois et ce à la fin de la création du composant. On lui demande à l’ouverture de notre page, d’initialiser notre liste avec le contenu de notre base de données.

 

Définition des éléments visuels de notre vue

Ici rien de bien complexe. J’ai créer un titre de page, un champ de texte avec un bouton pour ajouter une note. Une liste scrollable présentant l’ensemble des notes en base, ainsi qu’une option permettant de les supprimer :

J’ai utilisé des icones Ionicons inclus dans Expo, qui s’adapte en fonction de si vous êtes sur Android ou iOS via la méthode Platform.OS, encapsulé dans des TouchableOpacity, pour rendre un peu plus esthétique mes boutons d’interactions, ainsi que des flexbox pour avoir une touche de responsive design.

 

Conclusion

Vous venez de voir comment créer très simplement une base de donnée pour votre application React Native tournant sous Expo, comment l’interroger et surtout comment récupérer et afficher le résultats dans une belle vue responsive.

 

react native expo android ios async storage Cours web Mobile – React Native

Chap 5 : Stockage de données simples (AsyncStorage)

Nous venons de voir au chapitre précédent comment organiser une navigation complexe et imbriquée pour une application avec une architecture grandissante.

Nous allons voir aujourd’hui comment stocker des données plutôt simple, par exemple des paramètres de l’application comme l’activation ou non d’un thème clair ou sombre.

 

On ne peut utiliser n’importe quel outils pour persister des données car nous sommes sur un projet Expo, nous empêchant d’accéder aux modules natifs de iOS et Android. AsyncStorage est un moyen fonctionnant avec des projets Expo.

 

Objectifs

  • Stocker localement des informations via JSON

async storage chap 5

 

Prérequis

Installez le packet requis via une console :

expo install @react-native-async-storage/async-storage

Utilisez l’import qui correspond dans vos fichiers :

import AsyncStorage from '@react-native-async-storage/async-storage';

Que-ce que AsyncStorage

AsyncStorage nous permet de persister des données en local sur le smartphone, de façon asynchrone et non crypté. Les informations sont sauvegardé en clair, donc éviter de stocker des données sensibles tel que des mots de passes.

Le stockage s’effectue sous forme de couple tel quel : <Clé, Valeur>.

On ne peut stocker que des string, donc pour des éléments plus complexe tel que des objets, on devra utiliser JSON.stringify() pour la conversion en JSON lors de la sauvegarde d’une donnée, et utiliser JSON.parse() pour lire un objet.

Sauvegarder des données

Pour un string

Pour un objet

 

Lire des données

Pour un string

Pour un objet

 

En pratique

On va faire un exemple tout bête, à savoir charger le nom d’un utilisateur à l’appui d’un bouton.

 

Méthode d’écriture & lecture de donnée

On commence par définir nos deux méthodes pour charger et sauvegarder une donnée :

On appellera la méthode initProfileName() dans l’entrée de notre l’application (App.tsx) pour initialiser notre donnée.

 

Mise à jour de notre vue

On crée un état initialisé à ‘Invité’. On aura une méthode appelant notre fonction pour lire notre donnée via AsyncStorage, définit précédemment. Et enfin une méthode render() pour afficher un champ de texte, et un bouton bindé avec la fonction de chargement de notre donnée locale :

 

Conclusion

On vient de voir comment stocker des informations simple en local. Nous allons voir au prochain chapitre comment stocker des informations plus complexe et surtout en quantités plus importantes.

react native expo android ios stack navigator Cours web Mobile – React Native

Chap 4 : Stack navigator ( navigation imbriquée )

Nous venons de voir dans le chapitre précèdent comment faire une barre de navigation principal. Mais comment faire si nous souhaitons naviguer dans de nouveaux composant à travers nos vues actuelle ?

Pour réaliser une navigation imbriqué de vue dans d’autres vues, nous allons ajouter un nouvel élément, une StackNavigation.

 

Objectifs

  • Créer de nouvelles vues
  • Réaliser une navigation imbriqué

stack navigator and tabs navigator react native

Prérequis

Installez la lib qui gère la stack :

npm install @react-navigation/stack

 

Créer une nouvelle vue

Pour faire de la navigation imbriquée, il va nous falloir dans une première partie créer un nouveau composant, une nouvelle page. Faisons une nouvelle page Profil, qui affiche mon prénom, par exemple :

 

Mise a jour des ROUTES

On va ajouter une nouvelle route dans notre constante globale des routes, amenant à notre nouvelle vue précédemment crée :

 

Création de la stack navigator 

On va créer notre composant qui va gérer la navigation par pile. On doit lui définir nos deux composants (nos deux vues), leurs routes respectifs pour y accéder, et la route initiale lorsque le composant est crée :

 

Mise a jour de notre tab navigator

On va désormais fournir à notre navigation par tab, non plus mon composant WelcomePage comme initial, mais directement notre stackNavigator, crée précédemment :

 

Appel du changement de route par un bouton

On met à jour notre composant WelcomePage, via la méthode onPress, qui est appelé lors d’un clique sur notre item, permettant d’appeler le changement de vue en lui donnant la route que l’on souhaite. Je vous montre comment faire cet appel selon le type de composant que vous utilisez au sein de votre application :

 

Navigation via composant fonctionnel

 

Navigation via composant de classe

 

react native stack tab navigator
Résultat du cours

Conclusion

Nous venons de voir comment naviguer à l’infinie entre nos vues. Dans le prochain chapitre, nous nous attarderons à comment sauvegarder, à la fermeture de notre application, des données simples, comme des paramètres de l’application.

android ios react native expo Cours web Mobile – React Native

Chap 2 : Builder & générer les .apk &…

Après quelques instants de build.. TADAAA !

Objectif

  • Signer son app
  • Builder offline et en local son app
  • Générer les fichiers d’installation Android (apk) & iOS (ipa)

 

Introduction

Vous pouvez utiliser directement Expo pour lancer très facilement votre build sur leurs serveurs distants, avec la simple commande :

expo build:android

Pourquoi je ne l’utilise pas ?

Car lorsque que j’ai voulu lancer un build, leurs serveurs étaient down, laissant mon build en attente. Flemme de perdre plus de temps, je me suis lancé dans les recherches afin de savoir si l’on pouvait nous même générer notre build. C’est un peu plus tricky, mais ça marche.

 

A SAVOIR AVANT DE SE LANCER DANS LE DEV MOBILE

Je souhaite vous parler de compte développeur. ça vous évitera toute surprise comme j’ai pu avoir en développant ma première application sur les stores.

Si vous souhaitez distribuer votre application sur les stores :

  • iOS : Compte développeur nécessaire ( 100€ par an )
  • Android : Compte développeur nécessaire (25€ à vie )

Avec une licence, vous pouvez ensuite lancez autant d’application que vous le souhaitez, vous n’êtes pas limité en nombre.

 

Si vous souhaitez seulement builder votre application en local :

  • iOS : Compte développeur toujours nécessaires, sur un macOS exclusivement. Vous ne pouvez générer votre certificat, teamID et votre fichier de provision en local par vous même.
  • Android : Pas besoin de compte spécifique. Juste un macOS ou Linux d’obligatoire. Car votre fichier de clée nécessaire au build est générable en local, par vous même.

 

Prérequis

  • Bash
  • NodeJS

Build pour Android

  • macOS ou Linux ( pensez à avoir une VM )
  • JDK/JRE (Java Development kit) en version 8 exclusivement

Build pour iOS

  • macOS
  • Xcode (minimum v11.4)
  • Fastlane ( préférez l’installation par Homebrew, le plus simple et rapide moyen )

 

Si comme moi vous êtes pauvres et n’avez pas de macbook pour build votre .IPA, je vous ait fait un article qui vous sauvera un ou deux jours de recherche et de test pour avoir un macOS Catalina sur votre linux qui est proche d’avoir les performances d’une install native ! Oubliez windows, oubliez virtual box ou vmware. Même mon pc à 4000€ ne fait pas tourner macOS, car aucun de ces softs ne peut attribuer des ressources graphiques, entrainant de gros ralentissement lors de vos déplacement de souris et ouverture de logiciel. Bref, c’est inutilisable, à moins de passer par mon tuto qui utilise le combo QEMU/KVM, et qui fait tourner lui Catalina facilement sur mon portable à 2 coeurs de 2015 😁

 

On utilisera la TurtleCLI pour générer le build. Installez le via npm :

npm install -g turtle-cli

 

Signature de l’application

Android

La première étape consiste à signer l’application. Cela permet de créer des certificats concernant la sécurité, pour la distribution. On va utiliser l’outil keytool de java pour générer notre keystore :

Vous pouvez apercevoir aussi des clés avec l’extension « .keystore ». C’est une clée comme les « .jks » avec un format différent.

Cette commande va vous demander plusieurs questions vous concernant :

Génération du keystore

Un fichier va être crée. Veillez à bien mettre de côté de fichier. Il vous sera demander à chaque build de votre application

 

iOS

Il vous faudra un certificat, un apple Team ID, et un fichier de provision

 

 Génération du certificat

Allez sur votre compte développeur Apple. Dans l’onglet certificat, cliquez sur le bouton + :

apple ios generation application ipa certificat p12 provision

 

Choisissiez l’option iOS Distribution (app store and ad hoc ) :

 

Faîte continuer, et on arrive sur une nouvelle fenêtre nous invitant à envoyer un fichier CRC :

apple ios generation application ipa certificat p12 provision

 

On va devoir générer un certificat. Pour cela, lancez l’application Trousseaux d’accès qui est dans le dossier Applications/Utilitaires de votre macbook. Dans le menu en haut à gauche, cliquez sur Trousseaux d’accès, puis sur Assistant de certification, puis sur Demander un certificat à une autorité de certificat :

apple ios generation application ipa certificat p12 provision

 

Remplir les champs demandé, et faîte enregistrer en local :

apple ios generation application ipa certificat p12 provision

 

Vous aurez un nouveau fichier sur votre bureau :

apple ios generation application ipa certificat p12 provision

 

On retourne sur le compte développeur Apple ouvert précédemment, nous étions rester sur la fenêtre ou on nous demander notre fichier CSR. C’est le fichier que nous venons de générer sur le bureau que nous allons upload :

apple ios generation application ipa certificat p12 provision

 

Nous pouvons désormais télécharger notre certificat ! Téléchargez le, et ouvrez le :

apple ios generation application ipa certificat p12 provision

 

Il sera automatiquement ajouté à notre trousseau d’accès, attaché à notre session :

apple ios generation application ipa certificat p12 provision

 

Sélectionnez votre certificat fraichement installé avec sa clé privée, et exportez les deux éléments :

apple ios generation application ipa certificat p12 provision

apple ios generation application ipa certificat p12 provision

 

Exportez au format .p12, et donnez lui un nom et mettez le de côté, ce fichier vous sera obligatoire pour builder :

apple ios generation application ipa certificat p12 provision

 

Un mot de passe sera demandé, notez le bien de côté, il vous le sera demandé lors du build :

apple ios generation application ipa certificat p12 provision

 

Vous avez maintenant un certificat au format .p12 sur votre bureau. Gardez le bien de côté.

 

Création du teamID

On revient sur le compte développeur Apple, et on va allez cette fois ci dans l’onglet Identifiers, cliquez sur + :

apple team build id

 

On coche App IDs, et on continue :

apple team build id

 

 

On sélectionne App, et on continue :

apple team build id

 

 

On remplis le champ Description qui est le nom de l’application, ainsi que son bundleID sous la forme recommandé. Dans Capabilities, vous cocherez les accès et autorisations que votre application à besoin. Par exemple si c’est une application photo, elle devra avoir accès à l’APN du smartphone. Vous cliquez ensuite sur Continue, puis Register :

apple team build id

 

Notez bien votre App ID Prefix, qui est votre Team ID. Vous en aurez besoin pour build par la suite.

 

 

Fichier de provision

Troisième et dernière étape. On va maintenant s’occuper de générer du fichier de provision, lui aussi nécessaire pour buid l’application.

Toujours sur notre compte développeur Apple, on va sélectionner cette fois ci l’onglet Profiles, et cliquer sur + :

apple build ios appstore provision file

 

On sélectionne ensuite App store, dans l’onglet Distribution. A savoir, les builds Ad Hoc ne sont pas pris en charge par Expo. On clique sur Continue :

apple build ios appstore provision file

 

Sélectionnez l’app ID précédemment crée, et faîte Continue :

apple build ios appstore provision file

 

Sélectionnez le certificat précédemment crée, et faîte Continue :

apple build ios appstore provision file

 

Donnez un nom à votre fichier de provision, et faîte Generate :

apple build ios appstore provision file

 

Téléchargez le, et gardez le de côté, vous en aurez besoin pour générer votre build :

apple build ios appstore provision file

 

Export de l’application

Android & iOS

La seconde étape consiste à exporter notre application. Cela permet de créer les bundles (iOS & Android) à partir des fichiers javascript. Vous devriez apercevoir la création d’un dossier « dist » dans votre répertoire courant via la commande suivante :


Attention à utiliser la bonne, selon si votre application contient du HTTP ou HTTPS.

 

Servir l’application

Android & iOS

On va maintenant lancer notre application à partir du bundle crée précédemment, en local. Pour cela on va utiliser python. Déplacez vous dans le dossier « dist » précédemment crée, et lancer la commande suivante :

 

Vérifiez bien que le serveur tourne, via curl, ou en lançant une connexion à votre localhost via votre navigateur :

 

Build l’application

Dernière étape, on va pouvoir lancer le build de nos fichiers. Revenez à la racine de votre projet et ouvrer une autre console.

Android

Lancez la commande suivante pour lancer le build via turtle-cli :

Voilà votre fichier APK, situé dans le répertoire annoncé dans la console.

 

iOS

Lancez la commande suivante pour lancer le build via turtle-cli :

 

Soucis fréquemment rencontré

EACESS permissions denied

Vous pouvez vous confronter à des erreurs d’accès aux fichiers pour installer des packets npm globaux ( pour turtle-cli ou encore expo ). Oubliez les sudo su et sudo en tout genre, qui m’ont fait juste galérer encore plus. Vous pouvez fix cela en deux étapes :

  • Utilisez l’option ‘–unsafe-perm‘ de NPM
  • Pour le dossier ‘lib/node_modules’ qui résisterait aux erreurs, passez un coup de chown -R votreNomUser pour donner accès à votre utilisateur courant de la session au dossier en lecture et écriture.

 

Conclusion

Nous venons de générer nos fichiers d’installation APK pour Android et IPA pour iOS, afin de distribuer notre application.
On s’attaque à la navigation entre plusieurs écrans sur notre prochain chapitre.

 

android ios react native expo Cours web Mobile – React Native

Chap 1 : Environnement, prérequis & Hello world !

Résultat du cours

Objectif

  • Configurer l’environnement de développement
  • Générer le squelette basique d’une application
  • Tester son application sur son smartphone

 

ReactNativeCLI, ExpoCLI…

Nous avons des outils dans le développment web, permettant de développer rapidement un squelette de base pour une application :

  • CLI pour Angular
  • CRA pour React
  • CLI pour React Native

 

Mais pour créer mon premier projet pour découvrir ces technos mobile, je pars non pas sur ReactNative CLI, mais sur ExpoCLI. C’est comme Rails mais pour ReactNative, ou encore Phonegap pour Cordova. Il étends les fonctionnalité de ReactNativeCLI.

Qu’apporte t-il de plus par rapport à React Native CLI et quand l’utiliser ?

Avantage :

  • Pas besoin d’Android Studio ni de Xcode
  • Configuration bien plus simple & rapide ( hello world en moins de une minute )
  • Hot reload, sur smartphone physique et non par simulateur. Oui, via l’appli Expo, vous pouvez tester votre app sur votre smartphone iOS ou Android physique, et ce instantanément. En react native vanilla, vous avez droit au simulateur Android sur Windows, et simulateur iOS sous macOS exclusivement.

Inconvénient :

  • Poids de l’apk/ipa, du à l’ajout de librairie annexes (~50mo le hello world, ça fait mal…)
  • Accès aux modules natifs impossible. Vous ne pouvez ajouter de lib natif via Xcode ou Android studio, car tout est packagé via le sdk Expo. Certaines fonctionnalité sont impossible d’être utilisé, comme les achats in-app ou le bluetooth.

 

En résumé, pour débuter le dév mobile ou pour de simples application, vous devriez commencer par Expo. Pour des utilisateurs expérimentés ou souhaitant des fonctionnalités spécifiques à chaque plateforme, partez sur du ReactNative vanilla.

 

Prérequis

Il vous faudra de base :

  • NodeJS

Installez ensuite la CLI de Expo via une console :

npm install -g expo-cli

Pensez à avoir Python dans vos variables d’environnements, au risque d’avoir une erreur d’installation.

 

Initialisation du squelette

On initialise une nouvelle application via la commande :

expo init "Nom_de_votre_app"

 

Vous aurez l’architecture suivante :

  • assets/ : dossier contenant vos images
  • app.json : fichier de configuration du projet
  • app.tsx : fichier d’entrée de votre application
  • package-json : contient l’ensemble des dépendances et scripts du projet
  • tsconfig.json : fichier de configuration de typescript
  • babel.config.js : fichier de configuration pour la gen du bundle ( une sorte de webpack )

 

Lancement du serveur de dév

Simple :

npm start

Un nouvel onglet dans votre navigateur va s’ouvrir, vous proposant divers options :

 

Pour faire fonctionner le simulateur Android ou iOS, vous allez devoir installer les biblio natives. Mais on peut éviter cela en utilisant notre propre smartphone. On va devoir connecter notre smartphone au même réseau wifi que l’ordinateur sur lequel on développe.

Installez l’application EXPO, disponible sur l’iOS Store et GooglePlay store, selon votre type de device. Une fois l’application lancé sur votre smartphone, vous allez pouvoir scanner le QR code affiché sur la console, comme montré sur la capture d’écran précédent. Cela va permettre de transférer le bundle directement sur le smartphone.

Vous allez pouvoir ainsi voir vos modification en temps réel sur votre téléphone, de l’application que vous codez, à chaque sauvegarde.

 

Icone & Splash screen

Vous pouvez changer l’icone de votre application via le fichier « app.json ».

De même pour le splash screen, qui correspond a l’image qui sera affiché le temps que votre application soit chargé par votre smartphone.

react native chap1 splash screen

 

Conclusion

Nous venons de voir comment réaliser un « HelloWorld » en quelques minutes, et ce directement sur notre smartphone.

On discutera dans le prochain chapitre sur comment générer les fichiers APK et IPA, permettant d’installer et de distribuer notre application.