react native expo android ios sqlite Cours web Mobile – React Native

Chap 6 : Stockage de données complexes (SQLite)

Nous avons vu dans le chapitre précédent comment stocker en local des données simples.

On va s’attarder cette fois-ci à comment stocker des informations plus nombreuses, plus complexes et ce de façon plus ordonnée, en utilisant des bases de données SQL.

On va réaliser une simple to-do app, avec possibilité d’ajouter une note, ou d’en supprimer, avec une liste permettant de toute les afficher.

 

On ne peut utiliser n’importe quel outils pour persister des données car nous sommes sur un projet Expo, nous empêchant d’accéder aux modules natifs de iOS et Android. SQLite est un moyen fonctionnant avec des projets Expo.

 

Objectifs

  • Stocker localement des informations via une base de donnée SQL

 

react native sqlite

 

Prérequis

Installez le package pour utiliser SQLite :

expo install expo-sqlite

 

Nous l’importerons dans nos fichiers de la manière suivante :

import * as SQLite from 'expo-sqlite';

Base de données & CRUD

CRUD : diminutif correspondant aux requêtes basique, à savoir Create, Read, Update et Delete.

Création de la base de données

Rien de plus simple, une seule ligne suffit :

On donne un nom à notre base, en argument. Celle-ci n’est crée qu’une seule et unique fois. Si on rappelle cette même méthode, on récupère la base de donnée crée auparavant, aucun risque de doublon.

 

Création de la table NOTE

On va maintenant créer notre table. Je vous montre la façon la plus simple de réaliser des transaction SQL vers notre base :

Requête SQL des plus basique avec le mot clé CREATE TABLE. On lui donne un nom de table, ainsi que la définitions de nos colonnes. Un ID auto-incrémenté pour garantir l’unicité de nos données, ainsi qu’un attribut TEXT qui contiendra le contenu de nos notes.

Nos deux attributs ne peuvent être null, et on leur défini un type, soit Text ou Integer.

 

Optimiser les requêtes

Je préfère une autre annotation que la précédente pour questionner la base de données, récupérer nos objets et leurs affecter des transformations. Je trouve plus clair et simple à l’utilisation. On définit notre modèle de requête avec une promesse :

On pourra utiliser ce modèle dans des fonctions async, via un appel par un await. On pourra utiliser des then() et catch() à l’appel du service dans nos vues, permettant par exemple d’afficher à l’utilisateur dans une popup si une note à bien été ajouté ou si dans le cas inverse afficher un message d’erreur avec son origine.

 

Récupérer toute les notes

On définit une interface pour les objets que l’on va récupérer en base. Cela nous facilitera leurs manipulations au sein de notre application :

 

On fait appel à notre modèle pour questionner la base :

On récupère nos objets via la requête. On va itérer sur notre résultat de requête pour re-typer correctement nos objets.

 

Ajouter une note

Seule différence, on va ici passer en argument le contenu de ma note que l’on souhaite persister en base. Pas besoin de lui passer un ID pour la note, car celle-ci est généré automatiquement en base. Nous avons défini cette option tout à l’heure, lors de la création de la table.

Supprimer une note

Quasiment identique au point précédent, sauf qu’ici on lui passe un ID de note à notre fonction, étant donné que c’est l’attribut qui défini l’unicité de mes items dans ma table NOTE :

 

Récupération des items dans la vue

Nous venons de créer notre base ainsi que des opérations CRUD permettant d’interagir avec elle. On va désormais créer une nouvelle vue, avec un champ de texte permettant de donner du contenu à une note, un bouton pour ajouter cette note, une liste scrollable permettant de naviguer sur l’ensemble de nos notes en base, et leur associé à chacun un bouton pour les supprimer.

 

Définition du state de notre vue

On commence par créer le squelette de base de notre vue :

On utilise ici un composant de classe et non un composant fonctionnel. On a besoin d’utiliser un state pour l’affichage dynamique du contenu de notre liste scrollable. On défini un attribut myNoteList correspondant à une liste de l’ensemble de nos notes en base, ainsi qu’un second attribut note correspondant au champ de texte remplissable par l’utilisateur pour créer une nouvelle note. On initialise les deux attributs dans le constructeur.

 

Définition des méthodes de notre vue

On défini les méthodes pour mettre à jour nos éléments, pour ajouter une note, ainsi que la supprimer :

La méthode componentDidMount() est une méthode standardisé de React, permettant d’être appelé une seule et unique fois et ce à la fin de la création du composant. On lui demande à l’ouverture de notre page, d’initialiser notre liste avec le contenu de notre base de données.

 

Définition des éléments visuels de notre vue

Ici rien de bien complexe. J’ai créer un titre de page, un champ de texte avec un bouton pour ajouter une note. Une liste scrollable présentant l’ensemble des notes en base, ainsi qu’une option permettant de les supprimer :

J’ai utilisé des icones Ionicons inclus dans Expo, qui s’adapte en fonction de si vous êtes sur Android ou iOS via la méthode Platform.OS, encapsulé dans des TouchableOpacity, pour rendre un peu plus esthétique mes boutons d’interactions, ainsi que des flexbox pour avoir une touche de responsive design.

 

Conclusion

Vous venez de voir comment créer très simplement une base de donnée pour votre application React Native tournant sous Expo, comment l’interroger et surtout comment récupérer et afficher le résultats dans une belle vue responsive.

 

Bastien Maurice
Développeur junior, j’ai un profil spécialisé dans le développement logiciel et les systèmes embarqués. Je m’intéresse depuis peu au domaine de la data science.

Laisser un commentaire